Algerie libre Index du Forum

Algerie libre
Algerie Maroc Tunisie , Liberté et democratie

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 algeriens tunisiens marocains levez vous! 
La dictature est la forme la plus complète de la jalousie.
" Si l'armée n'est pas responsable, pourquoi laisse-t-elle faire ? "

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Algerie libre Index du Forum -> Algerie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2011
Messages: 329

MessagePosté le: Sam 5 Mar - 18:20 (2011)    Sujet du message: " Si l'armée n'est pas responsable, pourquoi laisse-t-elle faire ? " Répondre en citant

Entretien réalisé par Daïkha Dridi, non publié dans le quotidien d'Oran du 18 février 2001
Depuis que votre livre est paru, le 8 février, avez-vous eu des échos de ses effets ici en Algérie et au sein de l'armée plus précisément ?
Des journalistes ont écrit pour dire que je suis un voleur, ils m'accusent et signent leurs articles avec des initiales… Je tiens à dire que c'est faux et que c'est lâche. Moi j'ai pris des risques pour dire la vérité et je suis en France maintenant, celui qui est en Algérie en train d'écrire n'importe quoi, se dissimulant derrière des initiales de quoi a-t-il peur ? S'il a des vérités à dire qu'il fasse comme quoi. Est-ce qu'il a peur de moi ? Si certains ont des choses à dire qu'ils le fassent correctement.


Je vous posais la question aussi de savoir si vous, en tant qu'ancien militaire, avez des échos sur ce que votre livre a provoqué à l'intérieur de l'armée ?
Ce que je sais c'est que le manuscrit, deux mois à peu près avant la sortie du livre, a été déposé sur les bureaux des généraux, quelqu'un a pu avoir le manuscrit et les généraux l'ont lu avant sa parution….
Dans votre livre, vous évoquez des exactions terribles commises par l'armée. Tortures, exécutions sommaires, expéditions punitives ne sont pas des révélations en soi sur les pratiques de l'armée dans sa répression du terrorisme, même si ces faits n'ont généralement été que très peu rapportés par notre presse. Mais dans le même temps vous parlez de massacres de civils commis par les " forces spéciales de l'armée " et le DRS (Département de renseignement et de sécurité). Vous avez été emprisonné en juin 1995, et si je ne me trompe pas, les Algériens n'ont commencé à entendre parler de massacres de civils qu'après l'élection de Liamine Zeroual c'est-à-dire au début 1996.
Vous avez raison sur toute la ligne et je suis d'accord avec vous et avec tous les Algériens qui disent cela parce que je suis avant tout un Algérien. Écoutez, moi j'ai raconté des choses vécues dans la période 1992 à 1995, après j'ai été en prison jusqu'en 1999. Pendant le massacre de Bentalha par exemple, moi je n'étais pas là en effet, mais en tant que militaire, j'ai des choses à dire sur ce que j'ai vu mais aussi sur ce que j'ai entendu, ce que m'ont rapporté mes collègues, et je peux prouver ce que je dis.
Si vous le voulez, on peut revenir sur Bentalha, mais restons pour l'instant dans la période d'avant 1995-96, êtes-vous en train de me dire que des massacres de civils ont eu lieu et dont on n'a pas entendu parler ? Ou est-ce que effectivement les massacres de civils n'ont commencé qu'après 1995 ?
Depuis 1992 et jusqu'en 1995, il y a eu des massacres, pas comme à Bentalha et Rais où il y avait des centaines et des centaines de personnes tuées en une seule fois. Par contre vous savez et même la presse algérienne racontait qu'on trouvait des cadavres jetés dans les rues d'Alger, de Boufarik, de Berrouaghia, de Médéa… Il y avait des dizaines et des dizaines de personnes assassinées comme cela, alors je pose la question : est-ce que ça c'est des massacres ou c'est pas des massacres ?
C'est vrai…
Je peux vous donner des chiffres… des repères pour savoir combien d'Algériens ont été exécutés entre 92 et 95 : chaque jour, je dis bien chaque jour, des citoyens se levaient le matin et rencontraient dix, quinze personnes abattues. Ces gens-là ont été abattus par les militaires. J'étais là et c'est à nous qu'on a fait faire ce boulot là, et c'est bien de ces massacres-là que je suis en train de parler, la plupart de ces gens-là, assassinés ou brûlés, ont été enterrés sous X Algérien, on retrouvait leurs corps méconnaissables dans des endroits minables, dans les maquis, dans les bidonvilles. C'étaient des gens bien ciblés, exécutés par l'armée. On avait les noms de ces gens-là que le DRS nous envoyait par listes chez nous, des dizaines de noms nous arrivaient et, à chaque fois, des unités sortaient pour aller massacrer des innocents un peu partout. Il y a eu des milliers de gens massacrés de cette façon là, dans toute l'Algérie.

Vous parlez donc de ce qu'on a appelé les " expéditions punitives ". Pour ce qui est généralement appelé les " massacres collectifs de civils ", c'est-à-dire ceux où des familles entières, avec femmes, enfants en bas âge, vieillards sont égorgés et qui ont commencé à être perpétrés de manière massive à partir de 1996, dites-vous aussi que c'est l'armée qui les a commis ou les groupes islamistes ?
Moi ce que je dis c'est que j'ai toujours combattu les groupes islamistes, je n'ai jamais nié leur existence et j'étais convaincu qu'ils tuaient des innocents. Pour moi ce sont des hors la loi qu'il faut combattre jusqu'à la fin. Je ne suis pas un islamiste ou un harki comme les gens disent. Il y a effectivement des massacres qui ont été commis par les islamistes, des islamistes pour moi idiots et bêtes qui ont marché dans la combine des généraux, ils ont massacré des innocents pour répondre aux généraux en leur disant en quelque sorte : vous, vous massacrez les islamistes, nous on massacre le peuple, tout le peuple et c'est devenu n'importe quoi. Il y a aussi des groupes qui ont été vraiment infiltrés par les services secrets algériens, manipulés, poussés à faire des assassinats de citoyens et enfants. Une manière pour l'armée de montrer au monde entier et aux Algériens : voilà les islamistes pour qui vous avez voté en 1991.
Si je comprends bien vous dites qu'il y a à la fois des groupes islamistes qui massacrent femmes et enfants et d'autres infiltrés par les services secrets qui les poussent ainsi à se discréditer totalement aux yeux des Algériens et du monde entier. Mais en termes de discrédit des islamistes n'a-t-il pas largement été consommé depuis 1993-94-95 et surtout après ? Pourquoi l'armée s'acharnerait-elle à ce jour à vouloir discréditer les islamistes ? Pensez-vous que les massacres qui ont encore cours en Algérie, je parle de ce qui se passe à Médéa, Chlef, Berrouaghia, Khemis Miliana ces derniers mois est aussi l'œuvre de l'armée ? et si oui pourquoi, pour quel mobile ?
Moi je n'ai qu'un raisonnement. Les gens n'ont pas très bien compris le jeu de ces généraux. Ce n'est pas systématiquement l'armée qui massacre en Algérie. Ce sont effectivement des terroristes islamistes qui massacrent jusqu'à présent. Ces groupes-là sont encore manipulés, à chaque fois qu'il y a des gens qui disent " l'armée tue en Algérie ", on trouve toujours plus de morts, plus de massacres…
Mais si je vous suis bien, ce devrait, logiquement, être totalement contre-productif pour l'armée de commettre ou de pousser à des massacres, surtout qu'elle a été véritablement mise en danger par les accusations de la communauté internationale après les grands massacres de 1997, continuer à massacrer dans ces conditions n'est pas du tout dans leur intérêt…
Ils ont laissé faire. Simplement. Je vais vous expliquer : notre armée a acquis une expérience importante depuis dix ans dans la lutte anti-subversive. On nous dit toujours que les groupes armés sont au nombre de quelques centaines seulement, qui ont en face d'eux des milliers de militaires chargés de l'expérience de dix ans de lutte anti-subversive, anti-guérilla, des militaires qui ont des matériels sophistiqués que l'Algérie a pu avoir de la France et d'ailleurs… Je ne vois pas comment, dans ces conditions, des groupes peuvent circuler comme ça librement. Ils perpètrent des massacres et personne ne bouge. Si l'armée n'est pas impliquée dans les massacres, dans ces tueries, alors pourquoi les laisse-t-elle faire ?
C'est une véritable question…
C'est à eux qu'il faut poser la question, à eux. Je suis militaire et je sais de quoi je parle, il faut leur dire vous avez l'expérience, vous avez le matériel, vous avez des hommes et c'est le peuple qui paie. Le peuple paie alors que vous êtes là à Alger à rigoler, à boire et à manger et à dire aux gens " vous êtes des voleurs, des menteurs, des salauds "… alors que ce sont eux les voleurs, ce sont eux les salauds, ce sont eux les assassins. Ils ont laissé faire et ça c'est de la complicité. Comment peut-on laisser des gosses se faire massacrer pendant dix ans par des criminels ?
Dans votre livre vous parlez des officiers qui font le " sale boulot ", et que vous décrivez dans un état proche de la folie, vous citez l'un d'entre eux qui dit, p116 " ils nous ont tués les salauds (il parlait bien sûr des généraux) je ne sais plus qui je suis, je ne sais plus si c'est le jour ou la nuit… ". Est-ce que ce sont ces gens-là qui, pour vous, égorgent des enfants, des femmes, avez-vous les moyens de répondre de manière claire à cette question ?
Cet homme est de ma promotion, Abdelmalek. Son image est toujours gravée dans ma mémoire. Ce mec je l'ai rencontré à plusieurs reprises et ouallahi el adhim, ouallahi el adhim, je le jure devant Dieu, il était devenu complètement fou, il se droguait, la dernière fois que je l'ai vu il était complètement mort, il était foutu, c'est grave de voir des officiers devenir comme ça. Il m'a dit " Habib écoute-moi, ils nous ont tués ces salauds de généraux, ils nous ont tués, chaque nuit on est dans des opérations, on attaque des terroristes, on tue des gens, j'arrive plus à me contrôler, la seule façon pour moi de m'évader c'est la drogue, de me sauver de la vérité "…
Vous dites vous-même que cet homme éprouve de la rancœur pour ses supérieurs. Torturer, exécuter des suspects désarmés… sont des choses inacceptables, mais qui entrent dans une logique que la guerre peut expliquer. Ce que je ne m'explique pas c'est pourquoi des officiers de l'armée iraient égorger, de manière systématique et méthodique, des enfants, des femmes par dizaines, qu'est-ce qui pourrait justifier cela à leurs yeux ?
Il n'y a pas de guerre propre c'est vrai, on a vu ce qui est arrivé chez nous avec ce que nous ont fait les Français, ou ce qui s'est passé au Vietnam… ou ailleurs, c'est une guerre. Mais chez nous c'est pas une guerre du tout, elle devenue…
Moi personnellement j'ai été touché, j'ai perdu des amis, des collègues tués par des terroristes et je sens que j'ai une dette envers eux et que j'ai la haine pour ceux qui ont tué mes amis, psychologiquement, cette haine est devenue une maladie, cette haine qui pousse à tuer un islamiste, même un islamiste qui n'a pas pris les armes…

Mais ce ne sont plus des islamistes qui sont tués, ce sont de pauvres gens, des enfants, lisez-vous les listes publiées dernièrement dans la presse ? Les massacrés sont dans leur écrasante majorité des femmes et des enfants, qu'est-ce qui peut expliquer cela ?
C'est la haine, l'inconscience, la délinquance de ces gens qui n'ont aucune pitié, qui sont devenus des machines. Tout ce qui compte pour eux c'est l'argent, qu'ils soient militaires ou terroristes, pour eux c'est devenu tout ce qu'il y a de plus normal, on sort de la logique de la guerre, je ne peux rien ajouter à ce sujet.
Dans votre livre, vous évoquez des disparus, enlevés par les services de sécurité, vous citez même une série de noms de personnes enlevées à Lakhdaria et vous dites qu'ils sont morts. Pour vous, tous les disparus sont morts ?
Sans aucun doute. Même en Algérie, je le disais, j'ai un copain à Tébessa dont le frère a été enlevé, il s'appelle Bahia, il m'a posé la question : est-ce qu'il est en prison ? Je lui ai répondu non il n'est pas en prison, il est mort mon vieux, il faut que tu mettes ça dans ta tête, il a été exécuté, il n'y a pas de prison…
En tant qu'officier des forces spéciales, avez-vous eu des informations faisant état de lieux de détention secrets où se trouveraient des disparus ?
Actuellement non. Il n'y a que les centres CMI (centre d'investigation militaire) et CPMI (centre principal d'investigation militaire) des services secrets à Alger. Je le dis et le confirme il n'y a pas de disparus en Algérie, il n'y a que des morts. Des gens croient qu'ils ont un frère, un mari qui est disparu et qui va revenir, pour moi il est mort, personne ne reviendra un jour, ça j'en suis sûr.
Peut-on parler des conditions de l'écriture de votre livre. Un journaliste algérien, Mohamed Sifaoui, exilé en France, accuse votre éditeur, François Gèze d'avoir déformé le contenu initial du livre qu'il a collaboré à écrire avec vous.
J'ai rencontré Mohamed Sifaoui ici à Paris, à RSF, quand j'ai essayé de donner mon témoignage à des ONG. Je ne le connaissais pas auparavant. Lui m'a entendu parler du livre que je voulais écrire et m'a contacté. On s'est revus, on a sympathisé et il m'a proposé de m'aider à écrire mon livre, j'avais alors commencé le travail depuis deux à trois mois. Il m'a dit je peux t'aider à l'arranger, l'écrire en bon français. Lui est journaliste et s'y connaît, j'ai accepté. On a signé un contrat avec La Découverte. Je me suis absenté quatre mois et lorsque je suis revenu, François Gèze m'a montré le manuscrit que lui a remis Sifaoui. Je n'étais pas du tout d'accord avec ce que lui a écrit. Il a attaqué François Gèze en justice et je dis que ce n'est pas Gèze qui doit me dire ce que je dois écrire ni Sifaoui. Moi je voulais faire un témoignage personnel sur les choses que j'ai vécues. Lui a non seulement pris tout mon argent mais en plus il attaque Gèze en justice. Il disait que certaines choses que j'ai écrites et relatées n'étaient pas importantes, que c'étaient des détails, alors que ce sont ces détails qui ont donné au livre sa force. Je tiens à dire que ce livre n'est celui de François Gèze, ni comme certaines personnes écrivent celui de la DGSE. Je ne connais ni DGSE, ni DST. C'est mon livre, mon témoignage, ce n'est pas à Sifaoui de venir me dicter ce que je dois écrire, c'est moi qui étais en prison, c'est moi qui ai vu des gens massacrés par des militaires, c'est mon vécu.
Vous parlez de Bentalha à la fin de votre livre et citez le témoignage de Nesroulah Yous. Je voudrais savoir de vous qui étiez parachutiste : si c'étaient des commandos spéciaux de l'armée qui ont commis le massacre de Bentalha, auraient-ils pris le soin d'alerter tous les gens cités dans le livre de Yous, apparemment dans le secret, à savoir : fossoyeurs, hôpitaux, patriotes, gardes communaux…
Je n'étais pas à Bentalha, à Rais, j'ai donné mon avis en tant que militaire. Je n'ai pas dit que c'étaient des commandos de la mort de l'ANP, je disais tout simplement que ce sont des groupes manipulés. J'ai posé une seule question : pourquoi l'armée n'a pas au moins réagi en faisant un bouclage, si l'intervention était, comme ils disent, impossible ? Il y avait des unités d'élites qui étaient à Bougara, il y avait les milices, la police, la gendarmerie, sans parler des bases d'hélicoptères à Boufarik, Cheraga, un hélicoptère arrive en deux trois minutes, il aurait pu ramener des hommes des troupes spéciales et empêcher l'extermination de toute cette population. Et dans mon livre j'ai parlé des hélicoptères français, les " Écureuils " qui sont dotés d'un matériel très sophistiqué de reconnaissance, qui retransmet directement l'image au commandement de l'armée. Ces hélicoptères quand ils sortent sont généralement accompagnés de trois autres hélicos russes, dotés eux d'armement. Ce soir là au-dessus de Bentalha, il n'y avait qu'un seul hélicoptère, un " Écureuil ", qui était là en fait pour filmer le massacre. Il n'avait pas reçu l'ordre d'intervenir mais de filmer le massacre. Pourquoi tout ça ? Il faut nous répondre, pourquoi toutes ces questions restent jusqu'à présent sans réponse ? C'est là le problème.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Mar - 18:20 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Algerie libre Index du Forum -> Algerie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com