Algerie libre Index du Forum

Algerie libre
Algerie Maroc Tunisie , Liberté et democratie

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 algeriens tunisiens marocains levez vous! 
La dictature est la forme la plus complète de la jalousie.
Un sit-in d'étudiants réprimé à Alger

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Algerie libre Index du Forum -> Algerie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2011
Messages: 329

MessagePosté le: Mar 22 Fév - 11:38 (2011)    Sujet du message: Un sit-in d'étudiants réprimé à Alger Répondre en citant


La bastonnade, encore la bastonnade. La police anti-émeute a chargé à nouveau, lundi 21 février, un rassemblement des étudiants devant le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, à Ben Aknoun, sur les hauteurs d’Alger. Selon différents témoignages recueillis au téléphone par DNA, la police a usé de brutalités pour disperser le sit-in des étudiants. On dénombre plusieurs blessés parmi les étudiants.

Plusieurs témoignages confirment que la police ant-émeutes a chargé les étudiants rassemblés autour du siège du ministère. Sérieusement blessés à l’issue du coup de force de la police, certains étudiants ont dû être admis à l’hôpital pour des soins.
Massés devant le siège du ministère, les étudiants protestataires scandaient : « On est des étudiants, nous ne sommes pas des voyous! »
Les étudiants sont encore sous le choc. « Il fallait voir comment les policiers s'acharnait sans pitié avec leurs matraques sur de pauvres étudiants! On dirait qu'ils frappaient un mur en béton. J’étais sidéré de voir des étudiants avec des jambes brisées, ou la tête immaculé de sang », raconte Imène, une étudiante présente sur les lieux au moment de l'assaut de la police. Elle ajoute : « Ils n’arrêtaient pas de renforcer le dispositif. On dirait que la police faisait face à des talibans...»
A l’instar de ses collègues, Yacine, étudiant à l’ex-INPS, a également pris part au sit-in, réprimé par les forces de l’ordre. « C’est une honte! Ce que que nous avons vécu ce lundi est une honte pour le pouvoir algérien ! Cela restera une date triste de notre histoire. Il fallait voir ça ! La police nous a chargée plusieurs fois. On avait les mains levées avec nos pancartes d'étudiants et malgré ça ils nous ont tabassé », confie-t-il.
Légèrement  blessé, Yassine poursuit son récit : « A coté de moi, j’ai vu des étudiants la tête en sang, des cris fusaient de partout, des étudiantes se sont évanouies ! Il y a eu des blessés qui ont été évacués vers l'infirmerie…»
A chaud, au téléphone, ce jeune étudiant n’arrive pas à calmer la douleur qui le vrille : « Je suis très en colère ! J'ai la rage ! Que veulent t-ils de plus ? Qui a donné l'ordre de tabasser des étudiants venus réclamer leur droit pacifiquement ? Qui est responsable de cette dérive ? Où va l'Algérie ?! », s’interroge-t-il.
Isma, étudiante à l’Institut national du Commerce,fait aussi parti des manifestants. « J'ai eu la peur de ma vie. Les flics qui sont censé protéger les citoyens n’ont pas hésité à tabasser des étudiants! Sous la charge de la police, des étudiants sont tombés dans un mouvement de foule. Certain ont été piétinés. C’était effrayant ! », confie-t-elle.
Des images d’étudiants blessés lors de cet assaut circulent actuellement en boucle sur le réseau social Facebook.
Des centaines d’étudiants campent depuis jeudi dernier devant le siège du ministère pour protester contre un décret présidentiel jugé obsolète. Lundi, le rassemblement a donc été dispersé par la police anti-émeute qui a fait usage de brutalités.
Dans la soirée du dimanche 20 février, la police anti-émeute avait donné l’assaut à un sit-in des étudiants autour du siège du ministère de l’Enseignement supérieur.
« On était devant le siège du ministère. Des policiers nous ont bousculés et molestés sur une centaine de mètres jusqu’à hauteur de l’INPS. Sur place, ce sont des forces antiémeutes qui ont pris le relais. Ils ont fait usage d’une violence inouïe. Les matraques se sont abattues sans discernement sur des étudiants pacifiques. C’est la répression totale », racontait à DNA un étudiant de Boumerdes, sous couvert de l’anonymat, encore sous le choc face à la brutalité des forces de l’ordre.
La révolte estudiantine prend de plus en plus de l'ampleur. Mercredi dernier, ils étaient 3000 personnes à observer un rassemblement devant le ministère pour protester contre un décret ministériel. Quelque 200 étudiants ont passé la nuit d'après sur place en signe de protestation.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 22 Fév - 11:38 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Algerie libre Index du Forum -> Algerie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com