Algerie libre Index du Forum

Algerie libre
Algerie Maroc Tunisie , Liberté et democratie

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 algeriens tunisiens marocains levez vous! 
La dictature est la forme la plus complète de la jalousie.
1er Novembre 1954

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Algerie libre Index du Forum -> Algerie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2011
Messages: 329

MessagePosté le: Lun 28 Fév - 19:53 (2011)    Sujet du message: 1er Novembre 1954 Répondre en citant


Contre le laxisme ou la comprosmission des uns et l'agitation fébrile ou l'aventurise improvisé des autres nous rappelons l'exigence d'inscrire la libération de l'Algérie du despotisme et du néo colonialisme en s'inscrivant dans la logique historique et la continuité du combat du peuple algérien.

Pour parachever l'indépendance de l'Algérie et donner la liberté et la dignité à l'Algérien les forces nationales doivent se libérer tant des éradicateurs que du projet de démocratie piloté par les vasssaux de la France et des Etats-Unis. Il s'agit de s'inscrire dans le projet national de démocratisation c'est à dire s'inscrire dans le processus historique de libération du peuple algérie du joug de l'oppression et du deni d'identité nationale arabo musulmane.


L'urgence - avant un octobre 88 version 2011 en plus sanglant et plus dissipateur de l'energie du peuple algérien gaspillée dans une fausse guerre civile, une fausse lutte anti terroriste et de faux clivages politiques et idéologiques - est de fédérer les forces saines autour d'une plateforme nationale de transition démocratique dont les signataires adhèrent à l'appel du premier novembre 1954 et à la plateforme de Rome de 1995 qui reste un des acquis démocratiques les plus marquants dans le monde arabe et musulman et que les Algériens oublient car ils subissent une lutte idéologique qui les rend amnésiques et deconnectés des évenements importants de leur lutte politique. Il s'agit donc d'actualiser et de réconforter la lutte de libération nationale en offrant un cadre idéique et politique qui met fin aux clivages secondaires, aux manoeuvres d'appareils et qui encadre les luttes sociales et politiques pour la liberté, la démocratie, la prospérité et la dignité dans le cadre des valeurs islamiques..


C'est une irresponsabilité que de laisser les jeunes sans encadrement affronter un pouvoir despotique qui a la capacité d'être obéï par l'armée quand l'ordre lui est donné de tirer sur son peuple désarmé. C'est une tromperie que d'attendre que les jeunes s'enflamment pour monter sur les vagues de leur contestation et de leur sacrifice.
Voici donc à titre de rappel les sources qui peuvent et doivent inspirer la plateforme de 2011 avant d'envisager une Intifadah ou accompagner et guider l'insurrection qu'apporterait non le militantisme des algériens mais le vent hasardeux mais légitimes des révoltes populaires dans le monde arabe. C'est un leurre que de croire que les solutions aux problèmes de l'Algérie vont venir de concessions démocratiques emanant du régime ou de l'Occident ou des seules révoltes populaires.

L'Emir Abdelakader a réussi en opposant aux français une organisation préfigurant un état moderne. Les insurrections de Bel Haddad, Mokrani ont été tragiquement réprimées car il leur manquait la vision de l'état moderne, de l'union nationale ou arabo musulmane. Elles sont restées locales mais elles ont façonné l'inconscient collectif de l'algérien frondeur, résistant et rebelle à l'oppression. L'Algérien n'a pas changé, il est sous une chappe d'amnésie sur son identité et sous le fardeau d'incohérences des élites qui parlent en son nom sans le représenter. L'Algérien n'est pas stupide. Il voit des organes se créer mais il ne voit pas ni processus ni débat d'idées qui préparent la révlution ou annonce le changement réel attendu. Le peuple algérien sait, par sa Fitra, que les élites ne vont pas vers l'avant pour approfondir et détailler une nouvelle plateforme ou un nouvel appel révolutionnaire qui annonce une nouvelle gouvernance sensée mais un retard voir un abandon des principes fédérateurs et mobilisateurs qui ont jalonné son histoire.

Nous sommes devant une cécité idéologique et un aveuglement politique que le peuple perçoit et que le système cultive avec raffinement. Nous sommes devant l'expression de souhait " l'Algérie marchera-t-elle vers la démocratie?" comme si le peuple algérien est idolatre et la démocratie une idole ou un fétiche. Le peuple se rallie à des principes et se rassemble derrière des hommes défendant ses principes une fois qu'il les a lui même produits ou qu'il les a intériorisés. En citant la plateforme de Rome je ne marque pas mon allegeance à des organes ou à des appareils mais à une démarche qu'il faut actualiser, à un dénominateur commun qu'il faut trouver pour libérer le peuple algérien et préciser le cadre consensuel de la gouvernance sensée qui se veut alternative de ce régime éradicateur, corrompu et inique. Changement pacifique ou changement violent et dramatique a pour réponse la qualité et l'efficacité de l'organisation de l'avant garde du changement et de ses relais de communication avec le peuple.

L'expérience de la jeunesse égyptienne n'est pas une création ex nihilo mais la quintessence d'un mouvement intellectuel national qui travaille en profondeur la population égyptienne et que les jeunes ont allumé puis embrasé selon les conditions objectives et subjectives permises par l'histoire qui ne s'accomode pas d'improvisation mais qui compose avec les compétences humaines de s'adapter et d'innover... L'Algérie n'a pas ce champ culturel égyptien mais elle a une mémoire collective qu'il faut réveiller pour qu'elle redevienne conscience politique et energie de libération : une guerre de libération nationale qui a mené à une indépendance confisquée et à un effort libérateur inachevé, et un processus electoral démocratique qui a été arrêté et confisqué faisant payer à l'Algérie un second prix du sang et de la terreur semblable à celui de la colonisation. La mémoire collective doit lier les faits marquants et construire un état de droit et un sentiment national de refus de l'oppression et de l'injsustice pour que la répression brutale et meurtrière coloniale et les représsions cruelles et assassines post coloniales contre le peuple algérien n'aient plus de fondement idéologique raciste ou de fondement politique et économique tel que l'éradication, l'exclusive, le monopole, la pensée unique, l'arrogance de Pharaon, de Hamana et de Qaroun.
Samadi après samedi nous voyons la même stratégie faillitaire se mettre en place et qui renforce la compétence contre révolutionnaire préventive du régime algérien avant le déclement de toute manifestation crédible et représentative du peuple.
On peut comprendre la position de force du pouvoir algérien : il dispose de ressources financières gigantesque, d'une expertise sécuritaire dans ses luttes anti populaires et "antiterrorisites" et d'un soutien "populaire" à Bouteflika qui jouit de la rente patriotique et du crédit de la réconciliation nationale qui a levé la terreur sur le peuple. Il peut acheter par les salaires ou par la politique de prix, ou imposer par la terreur la paix de façade, son programme et se préserver de la fronde populaire.
Ce qui n'est pas compréhensible, voire déroutant, c'est de voir les signataires de la plateforme de Rome continer à agir en solitaire et en faiblesse et surtout tourner le dos, contre le bon sens, aux engagements pris en commun de conjuguer leurs efforts et leurs objectifs pour faire mener l'Algérie à la démcratie et au multiplartisme par des voies pacifiques. Et pourtant toutes les accumulations d'émeutes dans le temps et dans l'espace algérien ne font que rendre la transition démocratique pacifique impossible comme ils rendent la crédibilité des partis algériens et des élites quasiment nulle. Un peuple sans élite pour lui éclairer la route ne peut aller que vers l'anarchie et le desespoir. Tout ce qui vient se greffer ou se hisser sur ce peuple est condamné à se consumer par ses braises cachées ou à s'etouffer par ses tas de cendres.

Appel original du 1er Novembre 1954
au Peuple Algérien
 
Au Nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux 
PEUPLE ALGÉRIENMILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE
A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci en diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux.
Nous considérons avant tout qu’après des décades de lutte, le mouvement nationale a atteint sa phase de réalisation. En effet, le but d’un mouvement révolutionnaire étant de créer toutes les conditions d’une action libératrice, nous estimons que, sous ses aspects internes, le peuple est uni derrière le mot d’ordre d’indépendance et d’action et, sous les aspects extérieurs, le climat de détente est favorable pour le règlement des problèmes mineurs, dont le nôtre, avec surtout l’appui diplomatique de nos frères arabo-musulmans. Les événements du Maroc et de Tunisie sont à ce sujet significatifs et marquent profondément le processus de la lutte de libération de l’Afrique du Nord. A noter dans ce domaine que nous avons depuis fort longtemps été les précurseurs de l’unité dans l’action, malheureusement jamais réalisée entre les trois pays.
Aujourd’hui, les uns et les autres sont engagés résolument dans cette voie, et nous, relégués à l’arrière, nous subissons le sort de ceux qui sont dépassés. C’est ainsi que notre mouvement national, terrassé par des années d’immobilisme et de routine, mal orienté, privé du soutien indispensable de l’opinion populaire, dépassé par les événements, se désagrège progressivement à la grande satisfaction du colonialisme qui croit avoir remporté la plus grande victoire de sa lutte contre l’avant-garde algérienne.
L’HEURE EST GRAVE
Devant cette situation qui risque de devenir irréparable, une équipe de jeunes responsables et militants conscients, ralliant autour d’elle la majorités des éléments encore sains et décidés, a jugé le moment venu de sortir le mouvement national de l’impasse où l’ont acculé les luttes de personnes et d’influence, pour le lancer aux côtés des frères marocains et tunisiens dans la véritable lutte révolutionnaire.
Nous tenons à cet effet à préciser que nous sommes indépendants des deux clans qui se disputent le pouvoir. Plaçant l’intérêt national au-dessus de toutes les considérations mesquines et erronées de personnes et prestige, conformément aux principes révolutionnaires, notre action est dirigée uniquement contre le colonialisme, seul ennemi et aveugle, qui s’est toujours refusé à accorder la moindre liberté par des moyens de lutte pacifique.
Ce sont la, nous pensons, des raisons suffisantes qui font que notre mouvement de rénovation se présente sous l’étiquette de FRONT DE LIBÉRATION NATIONALE, se dégageant ainsi de toutes les compromissions possibles et offrant la possibilité à tous les patriotes algériens de toutes les couches sociales, de tous les partis et mouvements purement algériens, de s’intégrer dans la lutte de libération sans aucune autre considération.
Pour préciser, nous retraçons ci-après, les grandes lignes de notre programme politique :
BUT : L’Indépendance nationale par :
1) La restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques.
2) Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions.
OBJECTIFS INTÉRIEURS
1) Assainissement politique par la remise du mouvement national révolutionnaire dans sa véritable voie et par l’anéantissement de tous les vestiges de corruption et de réformisme, cause de notre régression actuelle.
2) Rassemblement et organisation de toutes les énergies saines du peuple algérien pour la liquidation du système colonial.
OBJECTIFS EXTÉRIEURS
- Internationalisation du problème algérien.
- Réalisation de l’Unité nord-africaine dans le cadre naturel arabo-musulman.
- Dans le cadre de la charte des Nations Unies, affirmation de notre sympathie à l’égard de toutes nations qui appuieraient notre action libératrice.
MOYENS DE LUTTE
Conformément aux principes révolutionnaires et comptes tenu des situations intérieure et extérieure, la continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à la réalisation de notre but.
Pour parvenir à ces fins, le Front de libération nationale aura deux tâches essentielles à mener de front et simultanément : une action intérieure tant sur le plan politique que sur le plan de l’action propre, et une action extérieure en vue de faire du problème algérien une réalité pour le monde entier avec l’appui de tous nos alliés naturels.
C’est là une tâche écrasante qui nécessite la mobilisation de toutes les énergies et toutes les ressources nationales. Il est vrai, la lutte sera longue mais l’issue est certaine.
En dernier lieu, afin d’éviter les fausses interprétations et les faux-fuyants, pour prouver notre désir de paix, limiter les pertes en vies humains et les effusions de sang, nous avançons une plate-forme honorable de discussion aux autorités françaises si ces dernières sont animées de bonne foi et reconnaissent une fois pour toutes aux peuples qu’elles subjuguent le droit de disposer d’eux-mêmes.
1) La reconnaissance de la nationalité algérienne par une déclaration officielle abrogeant les édits, décrets et lois faisant de l’Algérie une terre française en déni de l’histoire, de la géographie, de la longue, de la religion et des mœurs du peuple algérien.
2) l’ouverture des négociations avec les porte-parole autorisés du peuple algérien sur les bases de la reconnaissance de la souveraineté algérienne, une et indivisible.
3) La création d’un climat de confiance par la libération de tous les détenus politiques, la levée de toutes les mesures d’exception et l’arrêt de toute poursuite contre les forces combattantes.
EN CONTREPARTIE
1) Les intérêts français, culturels et économiques, honnêtement acquis, seront respectés ainsi que les personnes et les familles.
2) Tous les français désirant rester en Algérie auront le choix entre leur nationalité et seront de ce fait considérés comme étrangers vis-à-vis des lois en vigueur ou opteront pour la nationalité algérienne et, dans ce cas, seront considérés comme tels en droits et en devoirs.
3) Les liens entre la France et l’Algérie seront définis et feront l’objet d’un accord entre les deux puissances sur la base de l’égalité et du respect de chacun.
Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de libération nationale est ton front, sa victoire est la tienne.
Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.
1er Novembre 1954
Le Secrétariat national
La Plate-forme de Rome (Janvier 1995)
Les partis de l'opposition algérienne, réunis à Rome auprès de la Communauté de San Egidio, déclarent en ce 13 janvier 1995 :

L'Algérie traverse aujourd'hui une épreuve tragique sans précédent.
Plus de trente ans après avoir chèrement payé son indépendance, le peuple n'a pas pu voir se réaliser les principes et tous les objectifs du 1er novembre 1954 et a vu s'éloigner progressivement tous les espoirs nés après octobre 1988.
Aujourd'hui le peuple algérien vit un climat de terreur jamais égalé, aggravé par des conditions sociales et économiques intolérables. Dans cette guerre sans images : séquestrations, disparitions, assassinats, torture systématisée, mutilations et représailles sont devenus le lot quotidien des Algériennes et des Algériens.
Les conséquences des événements de juin 1991 et du coup d'Etat du 11 janvier 1992, l'interruption du processus électoral, la fermeture du champ politique, la dissolution du FIS, l'instauration de l'état d'urgence et les mesures répressives et les réactions qu í elles ont suscitées, ont engendré une logique d'affrontement.
Depuis, la violence n'a cessé de s'amplifier et de s'étendre . Les tentatives du pouvoir de créer des milices au sein de la population marquent une nouvelle étape dans la politique du pire. Les risques de guerre civile sont réels, menaçant l'intégrité physique du peuple, l'unité du pays et la souveraineté nationale.
L'urgence d'une solution globale, politique et équitable s'impose afin d'ouvrir d'autres perspectives à une population qui aspire à la paix et à la légitimité populaire.
Le pouvoir n'a initié que de faux dialogues qui ont servi de paravents à des décisions unilatérales et à la politique du fait accompli.
Une véritable négociation reste l'unique moyen de parvenir à une issue pacifique et démocratique.
A- Cadre : valeurs et principes
Les participants s'engagent sur la base d'un contrat national dont les principes sont les suivants et sans l'acceptation desquels aucune négociation ne serait viable :
  • La déclaration du 1er novembre 1954 : "la restauration de l'Etat algérien souverain démocratique et social dans le cadre des principes de l'islam ( art 1)";
  • le rejet de la violence pour accéder ou se maintenir au pouvoir ;
  • le rejet de toute dictature quelle que soit sa nature ou sa forme et le droit du peuple à défendre ses institutions élues ;
  • le respect et la promotion des droits de la personne humaine tels qu'énoncés par la Déclaration universelle, les pactes internationaux sur les droits de líhomme, la Convention internationale contre la torture et consacré par les textes légaux ;
  • le respect de l'alternance politique à travers le suffrage universel ;
  • le respect de la légitimité populaire. Les institutions librement élues ne peuvent être remises en cause que par la volonté populaire ;
  • la primauté de la loi légitime ;
  • la garantie des libertés fondamentales, individuelles et collectives quelles que soit la race, le sexe, la confession et la langue;
  • la consécration du multipartisme ;
  • la non implication de l'armée dans les affaires politiques. Le retour à ses attributions constitutionnelles de sauvegarde de l'unité et de l'indivisibilité du territoire national ;
  • les éléments constitutifs de la personnalité algérienne sont l'islam, l'arabité et l'amazighité *; la culture et les deux langues concourant au développement de cette personnalité doivent trouver dans ce cadre unificateur leur place et leur promotion institutionnelle, sans exclusion ni marginalisation ;
  • la séparation des pouvoirs législatif exécutif, et judiciaire ;
  • la liberté et le respect des confessions.
B- Mesures devant précéder les négociations
  • La libération effective des responsables du FIS et de tous les détenus politiques. Assurer aux dirigeants du FIS tous les moyens et garanties nécessaires leur permettant de se réunir librement entre eux et avec tous ceux dont il jugent la participation nécessaire à la prise de décisions
  • L'ouverture du champ politique et médiatique. L'annulation de la décision de dissolution de FIS. Le plein rétablissement des activités de tous les partis.
  • La levée des mesures d'interdiction et de suspension des journaux des écrits et des livres, prises en application du dispositif d'exception.
  • La cessation immédiate, effective et vérifiable de la pratique de la torture.
  • L'arrêt des exécutions des peines capitales, des exécutions extrajudiciaires et des représailles contre la population civile.
  • La condamnation et l'appel à la cessation des exactions et des attentats contre les civils, les étrangers et la destruction des biens publics.
  • La constitution d'une commission indépendante pour enquêter sur ces actes de violences et les graves violations des Droits de l'homme.
C- Rétablissement de la paix
Une dynamique nouvelle pour la paix implique un processus graduel, simultané et négocié comprenant :
  • d'une part, des mesures de détente réelle : fermeture des camps de sûreté, levée de l'état d'urgence et abrogation du dispositif d'exception ;
  • et d'autre part, un appel urgent et sans ambiguïté pour l'arrêt des affrontements. Les Algériennes et les Algériens aspirent au retour de la paix civile. Les modalités d'application de cet engagement seront déterminées par les deux parties en conflit avec la participation active des autres partis représentatifs.

Cette dynamique exige la participation pleine et entière des forces politiques représentatives et pacifiques. Celle-ci sont en mesure de contribuer au succès du processus en cours et assure l'adhésion de la population.
D- Le retour à la légalité constitutionnelle
Les partis s'engagent à respecter la Constitution du 23 février 1989. Son amendement ne peut se faire que par les voies constitutionnelles.
E- Le retour à la souveraineté populaire
Les parties prenantes aux négociations doivent définir une légalité transitoire pour la mise en oeuvre et la surveillance des accords. Pour cela, elles doivent mettre en place une Conférence nationale dotée de compétences réelles, composée du pouvoir effectif et des forces politiques représentatives.
Cette Conférence définira :
  • les structures transitoires, les modalités et la durée d'une période de transition, la plus courte possible devant aboutir à des élections libres et pluralistes qui permettent au peuple le plein exercice de sa souveraineté ;
  • la liberté de l'information, le libre accès aux médias et les conditions du libre choix du peuple doivent être assurés ;
  • le respect des résultats de ce choix doit être garanti.
F- Garanties
Toutes les parties prenantes à la négociation sont en droit d'obtenir des garanties mutuelles.
Les partis, tout en gardant leur autonomie de décision :
  • s'opposent à toute ingérence dans les affaires internes de l'Algérie ;
  • dénoncent l'internationalisation de fait qui est le résultat de la politique d'affrontement menée par le pouvoir ;
  • demeurent convaincus que la solution de la crise ne peut être que l'oeuvre exclusive des Algériens et doit concrétiser en Algérie ;
  • s'engagent à mener une campagne d'information auprès de la communauté internationale pour faire connaître l'initiative de cette plate-forme et lui assurer un soutien ;
  • décident de lancer une pétition internationale pour appuyer l'exigence d'une solution politique et pacifique en Algérie ;
  • appellent la communauté internationale à une solidarité agissante avec le peuple algérien ;
  • décident de maintenir les contacts entre eux en vue d'une consultation et d'une concertation permanentes.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Fév - 19:53 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Algerie libre Index du Forum -> Algerie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com